Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://media.paperblog.fr/i/180/1805838/stade-carmes-L-1.jpeg

 

 

 

 

Présentation

  • : Stade des carmes (Street Football et Futsal)
  • Stade des carmes (Street Football et Futsal)
  • : Site compilant les matchs de l'association du Stade des Carmes
  • Contact

Fréquentations

depuis le 21 Décembre 2006

Il y a personne(s) sur ce blog

 

 

Google PR™ - Post your Page Rank with MyGooglePageRank.com Locations of visitors to this page Ce site respecte le droit d'auteur. Tous les droits des auteurs des œuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site, sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation des œuvres autres que la reproduction et la
consultation individuelles et privées sont interdites

Recherche

Archives

3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 05:33
"Les plus beaux paradis sont ceux qu'on a perdu"... ou ceux qu'on n'a pas connu

 


Une après-midi perdue



Samedi 27 décembre 2008, gymnase de Bayle


Cela aurait pu être un moment d'exception, un de ses moments rares qui redonnent toute sa saveur à des vies vidées de toute substance, mais la malchance et l'intransigeance stupide de certaines personnes de la mairie, nous a empêché de vivre un grand moment de foot...


Chronologie :


La journée s'annonce bien : la plupart des tauliers m'ont annoncé leur venu pour cette rencontre, qui s'annonce comme le feu d'artifice de l'année 2008.


Effectivement, à 14h, il y a déjà pas mal de monde et que du très lourd. Peut être le plus beau plateau de l'histoire des tauliers des Carmes : Fabien, Ludovic, Jean-Christophe, Paul, Eric, Daniel, Benoit A, Eden... En tout on est 12 et que du très très bon, en fait il ne manque qu'Edwin parmi les « stars ».


Devant la qualité du plateau tout le monde traverse une crise aigue d'euphorie. On entre par une porte entrouverte dans le gymnase et on commence à faire une grosse séance d'échauffement en vue de la confrontation.


Les ballons claquent partout sur le terrain. Un bruit de malade, on nous entend jusqu'au cour de tennis (les connaisseurs de la cité des Frédélas apprécieront) !!!


Tout ça était trop beau pour que cela dure... A un moment Dimitri vient me voir pour me dire qu'une personne cherche à rentrer dans le gymnase par la porte principale. Je décide d'aller lui ouvrir et là je tombe nez à nez avec une des employés de la mairie...


Elle est surprise de nous voir dans le gymnase et nous demande illico qui nous a donné l'autorisation pour jouer à l'intérieur... La conversation ne s'éternise pas longtemps et elle nous demande de partir tout de suite.


On s'exécute avec colère et la conversation s'envenime tout doucement, mais elle reste inflexible.


On est donc foutu à la porte d'un gymnase inoccupé alors qu'on ne faisait rien de mal. Encore une fois la seule excuse de la mairie pour nous virer, c'est d'évoquer la responsabilité du maire en cas de blessure d'un des joueurs et la peur des dégradations...


Faut reconnaître que sur ces deux points il est normal qu'ils veuillent se couvrir. Mais le deuxième on peut vite le balayer : on est tous majeurs et on ne s'est jamais distingué par des incivilités ou des dégradations quelconques.


Le premier point est plus difficilement contestable. Mais on est des grands garçons et on sait prendre nos responsabilités. Daniel S, lorsqu'il s'est ouvert le tibia en Novembre 2007 au Carmes, il aurait pu attaquer la mairie pour « mise en danger de la vie d'autrui » mais il ne l'a pas fait.


Ce qui est écoeurant c'est qu'une des plus belles rencontres ,« potentielles », de l'histoire des Carmes n'a pas pu se dérouler par la faute d'une équipe municipale obtus et pusillanime.


Après avoir été foutu à la porte, on est resté tous les 12 un moment sur le bord du terrain extérieur de Bayle. Il y avait deux opinions :

-         ceux qui voulaient qu'on rentre à nouveau dans le gymnase, toujours par la même entrée qui était restée ouverte.

-         Ceux qui voulaient ne plus prendre de risques et préféraient rentrer chez eux de peur qu'elle repasse.


Finalement, on a trouvé un compromis : certains sont partis, d'autres sont rentrés dans le gymnase, mais au final l'après-midi à été gachée et aucun match n'a pu se dérouler (même sur le terrain extérieur, trop glissant).


L'état d'esprit général des tauliers était la colère : la mairie avait promis que le terrain extérieur serait enduit de sulfate or ca n'a pas été fait et on nous vire du gymnase, alors que c'est la solution la moins dangereuse pour nous, pour des questions de responsabilité...


Il faut quand même se rendre compte du ridicule de la situation : en fermant les Carmes, en nous virant du gymnase et tous ça pour des questions de responsabilité,  la mairie nous oblige à jouer sur un terrain où notre intégrité physique n'est absolument pas assuré et qui risque d'envoyer le maire et son équipe devant les tribunaux illico si l'un d'entre nous se blesse... Moi j'ai prévénu : si un seul d'entre nous se fait mal sur le terrain extérieur, c'est direct les tribunaux pour « mise en danger délibéré de la vie d'autrui » !!!


Heureusement, dans l'équipe municipale actuelle, toutes les personnes ne sont pas aussi obtus...


La suite de cette chronique bientôt...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PORTRAITS

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -